L’état de sécheresse et l’expertise de sécheresse
2107
post-template-default,single,single-post,postid-2107,single-format-standard,bridge-core-1.0.5,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,qode-theme-ver-18.1,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-6.7.0,vc_responsive
expertise sécheresse

L’expertise sécheresse par des experts

Lorsqu’une catastrophe naturelle comme une sécheresse se produit, de nombreux dégâts peuvent être constatés. Concernant la victime qui a souscrit une assurance catastrophe naturelle, il peut exiger une indemnisation. Toutefois, la procédure passe en premier lieu par un rapport d’expertise qui est conduite en parallèle avec l’arrêté interministériel relatif à la catastrophe naturelle. Et le rapport d’expertise en question est rédigé par l’expert d’assuré.  Ce dernier aide l’assuré à obtenir une indemnisation et à comprendre la situation suite à la catastrophe naturelle.

Les conditions concernant l’indemnisation d’une sécheresse

L’expertise sécheresse permet notamment de faire état des dégâts et dommages qu’a subi l’assuré dans le cadre d’une catastrophe naturelle. Et pour ce qui est des conditions d’indemnisation, il faut d’abord souscrire à une assurance contre le risque en question.

La seconde condition est, bien entendu, qu’un arrêté de catastrophe naturelle doit être publié. En l’occurrence, il s’agit d’une déclaration de catastrophe naturelle par l’État dans la zone concernée. En effet, l’assurance en elle-même ne suffit pas pour obtenir l’indemnisation. L’arrêté interministériel de catastrophe naturelle doit être adopté et publié par le gouvernement.

Cet arrêté doit comprendre des informations comme les endroits ou zones géographiques qui sont touchés par la sécheresse. Il doit également indiquer les périodes durant lesquelles la catastrophe naturelle s’est produite. Et surtout,il doit mentionner la nature des dommages causés par la catastrophe naturelle.

L’assuré dispose d’un délai de 10 jours à partir de la parution de cet arrêté au Journal officiel pour vérifier si la zone où il se situe est concernée. Ce n’est qu’alors qu’il peut déclarer le sinistre auprès de l’assurance.

L’assurance et le sinistre

L’assuré doit faire une déclaration par courrier par lettre recommandée à l’assureur. Il est préférable qu’il y ait un accusé de réception. Il est également conseillé de prévoir une copie de ce courrier pour l’agent d’assurances ou le courtier.

Dans ce courrier, il est fait part des coordonnées de l’assuré comme le nom et l’adresse. Mais aussi le numéro du contrat d’assurance et une description du sinistre comme la nature, la date, l’heure ainsi que le lieu. Ce n’est pas tout. Le courrier en question mentionne également une liste chiffrée de tous les objets perdus ou endommagés.

Lorsqu’il est fait mention d’expertise de catastrophe naturelle, entre également en jeu les garanties.En effet, les conditions d’indemnisation font l’objet de plusieurs discussions. Surtout pour les cas de catastrophe naturelle. Il est donc normal de faire une expertise sécheresse.

L’expert d’assuré et l’expertise sécheresse

L’expert d’assuré est le professionnel auquel l’assuré peut faire appel pour défendre ses intérêts face à l’assureur. En effet, l’intervention de ce professionnel peut être nécessaire lorsque l’assuré estime que le montant des dommages ou réparations évalué ne correspond pas à la réalité. Une contre-expertise est alors effectuée contradictoire.

Comme l’expert d’assuré est au service de l’assuré et payé par ce dernier, il est en charge de statuer en la faveur de l’assuré. Il faut noter que l’expert d’assuré est un atout, surtout lors d’un sinistre causé par une sécheresse. Il dispose d’une expertise technique ainsi que des connaissances en procédure et contrat d’assurance. Cela lui permet de défendre les droits de l’assuré dans les démarches de demande d’indemnisation.

Pour ce qui est de l’expertise sécheresse, il y est mentionné si la région de l’assuré est en déclaration sécheresse ainsi que des circonstances du sinistre, de la liste des dégâts, des modalités de remises en état et des mesures conservatoires qui ont été préconisées.